mardi 17 mars 2015
sunshine

Suite au scandale du médiator, les parlementaires et le ministre Bertrand étaient décidés : il fallait la « transparence totale » sur les liens d’intérêts entre laboratoires pharmaceutiques et médecins. Repas, congrès, cadeaux, contrats… tout serait rendu public afin de limiter ces relations troubles qui avaient tant coûté à des centaines de patients ainsi qu’à la collectivité.

Quatre ans plus tard, le lobbying de l’industrie pharmaceutique pour limiter l’impact de cette réforme a été très efficace : suite à une circulaire signée par Marisol Touraine, les contrats, liens les plus lucratifs pour les praticiens de santé, sont rendus publics mais sans mention des montants… Quant à la publication, tout est fait pour la contraindre : alors qu’elle a opté pour une large diffusion des noms des médecins lorsque cela arrange l’industrie (qualifiant cette publicité de « corollaire de l’obligation de transparence »), la CNIL a décidé que les relations d’intérêts entre laboratoires et praticiens de santé devaient être publiées de manière « confidentielle ». Elle a donc imposé le recours à des technologies, notamment de type captcha, pour empêcher l’indexation par les moteurs de recherche et plus généralement la réutilisation de ces données, pourtant voulues d’intérêt général par le législateur.

captcha
Un exemple de captcha sur
le site transparence santé

Outre un accès éclaté à une partie des déclarations sur les sites respectifs des laboratoires et ceux des Ordres, le ministère a finalement ouvert un portail unique permettant à l’industrie de déclarer ses dépenses et aux citoyens de consulter les cadeaux et contrats. Mais ce site se revèle de piètre qualité et les données présentées y sont incomplètes. On n’y retrouve pas les informations publiées par les Ordres, le site est très lent, la navigation fastidieuse et des fonctionnalités ont petit à petit disparu : alors qu’il était possible de rechercher les praticiens par code postal uniquement ou d’avoir la liste de tous les laboratoires concernés, ces fonctionnalités ont récemment disparu. La Direction Générale de la Santé a même fait pression sur un citoyen pour qu’il cesse de travailler sur les données Sunshine.

Nous republions donc aujourd’hui 2 780 553 cadeaux et contrats liant l’industrie pharmaceutique à des médecins, pharmaciens, dentistes, infirmiers ou sages-femmes entre janvier 2012 et juin 2014. Même si nous contestons l’analyse de la CNIL, nous nous sommes pliés à sa décision et avons anonymisé l’intégralité de ces données : il restera donc impossible de faire la lumière sur les nombreux médecins qui touchent des dizaines de milliers d’euros de cadeaux et signent des dizaines de contrats avec l’industrie pharmaceutique, ou de leur permettre de s’en expliquer.

Afin d’offrir une première exploration de ces données, nous avons également développé quelques premières visualisations. Au vu de la richesse de ces informations, de nombreuses autres réutilisations sont imaginables et devraient permettre de mieux comprendre les impacts de ces liens d’intérêts sur le système de santé français. En republiant le tout en Open Data, nous invitons donc chercheurs, décideurs publics, journalistes, informaticiens et citoyens à s’approprier cette base de données. Alors que les parlementaires commencent cette semaine l’examen de la loi Santé, nous leur suggérons d’imposer clairement au Ministère et aux laboratoires de rendre publiques en Open Data les données collectées afin que toute la transparence soit faite sur les cadeaux et les contrats de l’industrie pharmaceutique.

Explorer et télécharger les données
des cadeaux et contrats de l’industrie pharmaceutique


3 réponses à “Sunshine : ces 245 millions d’euros que les laboratoires pharmaceutiques veulent cacher”

  1. COADOU Bernard dit :

    Bravo pour votre travail qui va nous servir …
    Bernard COADOU
    Médecin retraité Bordeaux
    Président de l’associoation girondine LaSantéUnDroitPourTous

  2. […] les laboratoires à rendre publiques ces dépenses, l’association “Regard citoyen” s’est emparée du sujet et a analysé ces sommes dépensées par les […]

  3. Mireille Gaillard dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce travail de recherche et d’observation fondamental que vous faîtes.
    J’ai suivi le lien que vous mettez vers le site du gouvernement transparence.sante.gouv.fr et j’ai fait une recherche par nom de médecin, mais impossible par code postal, le site réclame un nom. C’est vrai que cela limite les recherches, car il faut se souvenir des noms des pharmacies et médecins pour vérifier et les captcha rendent assez pénible la navigation. On peut donc vérifier son/ses médecins/pharmacie, mais pas établir de statistique… Donc pas de vue globale du système.
    En tout cas merci pour ces données !
    Mireille Gaillard

Laisser un commentaire

*

Regards Citoyens est fièrement propulsé par WordPress

Contenu sous Creative Commons License sauf mention contraire.

Mentions légales - Contact Presse