mercredi 24 mai 2017

Politique 360 - Politique 360 (24/05/2017) par publicsenat Lien vers l'émission   ...

En lire plus


mardi 23 mai 2017

Dépèche AFP — Paris, le 23 mai 2017 à 11h53 L'association Regards Citoyens, qui plaide pour davantage de transparence, a demandé à chaque député de communiquer le détail de ses dépenses faites avec son indemnité pour frais de mandat, via la communication de son relevé bancaire, selon un communiqué diffusé mardi. "Patrimoine, intérêts, collaborateurs ou réserve parlementaire: depuis 2012, les parlementaires sont assujettis à de plus en plus de transparence ou de contrôles. Mais il reste un domaine des plus opaques: leurs frais de mandat", relève l'association, à l'origine du site nosdéputés.fr. "Las des promesses non tenues et des créations de groupes de travail sans conséquence, et alarmés par l'idée totalement contreproductive d'une simple fiscalisation de l'IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) promise par l'exécutif fraîchement élu, nous initions aujourd'hui une action citoyenne collaborative visant à obtenir enfin cette ...

En lire plus


mardi 23 mai 2017

Patrimoine, intérêts, collaborateurs ou réserve parlementaire : depuis 2012, les parlementaires sont assujettis à de plus en plus de transparence ou de contrôles. Mais il reste un domaine des plus opaques : leurs frais de mandat. Tous les mois, chaque député reçoit une Indemnité Représentative de Frais de Mandat (IRFM), qui en 2017 s'élève à 5 372,80 € nets. Elle vise à couvrir les « diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l'Assemblée ». Alors que tout salarié ou fonctionnaire doit fournir des justificatifs pour chaque demande de remboursement, et que tous les chefs d'entreprises tiennent la comptabilité de leurs dépenses, les députés peuvent disposer de ce forfait librement. S'il est parfaitement légitime que les parlementaires puissent disposer d'un budget pour réaliser leurs missions et relayer les préoccupations des citoyens au parlement, ...

En lire plus


lundi 22 mai 2017

[audio mp3="/wp-content/uploads/2017/05/170522-rmc-brunet.mp3"][/audio] Tangui Morlier intervenait pour Regards Citoyens chez Éric Brunet sur RMC pour présenter l'initiative de l'association pour la transparence de l'IRFM. Écouter toute ...

En lire plus


vendredi 19 mai 2017

Suzanne Vergnolle intervenait sur le plateau d'Arrêt sur Images pour commenter l'investissement au Parlement du nouveau Premier Ministre Édouard Philippe. Voir l'émission en ...

En lire plus


mercredi 17 mai 2017

Oeil du 20h 17/05/2017 Sujet de L'Œeil du 20H du JT de France 2 sur L'activité parlementaire du nouveau ministre Édouard Philippe basé sur NosDéputés.fr. Voir en ligne le sujet ou l'ensemble du ...

En lire plus


jeudi 23 février 2017

Regards Citoyens participait à une audition du Sénat sur la participation des citoyens à la décision publique. Lien vers la ...

En lire plus


mercredi 21 décembre 2016

La societé civile n'a pas attendu le buzzword « Civic Tech » pour mettre le numérique au service de l'innovation démocratique. Mais depuis l'essor de ce mot tendance, surgissent de multiples initiatives qui en revendiquent l'appartenance sans pour autant respecter les principes élémentaires de la démocratie. Le numérique n'est pas démocratique en soi. Sa simple utilisation ne saurait suffire à gérer magiquement les enjeux démocratiques essentiels, bien au contraire. En lui accordant une confiance aveugle, on ouvre la porte à une perte de souveraineté et de contrôle démocratique. Ce n'est pas sans raison que le mouvement « Open Government » mondial a trouvé ses fondements dans la dynamique Open Data et la gouvernance collaborative de l'internet, elles-mêmes forgées au cœur des principes de la transparence démocratique, de la délibération publique et des communautés du logiciel libre. Il ne saurait être acceptable que le passage au ...

En lire plus


lundi 5 décembre 2016

This statement is also available in English thanks to La Quadrature du Net and to volunteers. Alors que la France s’apprête à accueillir le Sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert, plusieurs associations pointent les contradictions du gouvernement. Certaines ne s’y rendront pas. Derrière un apparent « dialogue avec la société civile », la France est loin d’être une démocratie exemplaire. Le « gouvernement ouvert » est une nouvelle manière de collaborer entre les acteurs publics et la société civile, pour trouver des solutions conjointes aux grands défis auxquels les démocraties font face : les droits humains, la préservation de l’environnement, la lutte contre la corruption, l’accès pour tous à la connaissance, etc. Soixante-dix pays se sont engagés dans cette démarche en adhérant au Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO), qui exige de chaque État la conception et la mise en œuvre ...

En lire plus


vendredi 25 novembre 2016

Les consultations citoyennes sont souvent utilisées par des acteurs privés et publics comme des outils de communication ou de lobbying, dans le but d'asseoir leur légitimité ou d'influencer l'opinion. À quelles conditions une consultation citoyenne peut-elle devenir un authentique outil démocratique ? Quelles procédures, quels dispositifs et quels garde-fous doivent être mis en place pour garantir cette finalité ? La réutilisation des données issues de la consultation peut-elle permettre d'éviter ces types de biais ou, a minima, de les rendre visibles ? Voici les questions auxquelles ont essayé de répondre nos trois organisations (Regards Citoyens, FaisTaLoi.org et DemocracyOS France), en tant que membres du comité de suivi et de contrôle de la consultation sur l'impact de la loi Égalité Femmes / Hommes organisée par l'Assemblée nationale. Nous avons ainsi rédigé une note d'analyse décrivant la méthodologie mise en place pour l'évaluation de ...

En lire plus


Regards Citoyens est fièrement propulsé par WordPress

Contenu sous Creative Commons License sauf mention contraire.

Mentions légales - Contact Presse